SPAREAU DANS LE MIDI LIBRE

Accueil / Actualités / SPAREAU DANS LE MIDI LIBRE
SPAREAU DANS LE MIDI LIBRE

Réduire sa facture d'eau de 40 % en réutilisant sa propre eau !


Economie : Récupérer l'eau de lavage pour l'utiliser dans les toilettes, c'est possible.

" Il y a 7 ans de ça, en discutant, on s'est dit qu'on gâchait quand même beaucoup d'eau potable et qu'il faudrait trouver une solution pour essayer d'en économiser ", se souvient Thierry Peltier. Avec son ami Gérard Manon, ils vont donc se mettre en quête de ce qui pouvait exister. " On s'est aperçu qu'il n'y avait pa sgrand chose, alors que 40% de l'eau potable consommée dans une maison est utilisée pour les toilettes, explique Gérard Manon. Vous vous rendez compte ? Une eau qu'on a pompée, traitée, acheminée et qui repart directement dans l'égout quand on tire la chasse ! "

Quatre branchements suffisent.

De ce constat, place à l'action. Les deux hommes décident d'inventer un procédé pour récupérer les eaux dites grises (lavage corporel et lave-linge) " Celles du lave-vaisselle et de l'évier étant des eaux grasses, on ne peut pas les utiliser précise Thierry Peltier. En fait, on a rien inventé. Dans d'autres pays où l'eau potavle manque, comme au japon par exemple, c'ets obligatoire de la réutiliser. "
Les deux compères décident alors de se lancer dans la fabrication de leur produit. Ils montent leur Start-up EAUTENTICWATER et cherchent un soutien auprès des banques. Sans succès. " On nous a opposé nos âges. A 72 et 70 ans, on nous a pris pour deux vieillards cacochymes, de désole Thierry Peltier. Pourtant, Mohed Altrad a 69 ans. Est-ce qu'on le regarde et le traite comme un vieillard lui ? " Sur fonds propres, le duo en est déjà à 150 000 € d'investis et à créé son prototype. Pour franchir un cap, ils décident donc de recruter un " jeunot " de 50 ans, Arthuro Del Rio, rencontré par l'intermédiaire d'un ami commun. Et c'est lui qui le smènera vers la pépinière d'entreprises du Pays de Lunel, Via Innova, intégrée en mars 2017.
Si, sur Montpellier, ils ne reçoivent que mépris derrière les portes auxquelles ils frappent, leur concept séduit ailleurs.
" Notre procédé est breveté et le modèle est déposé. On est sur une économie d'eau de 40 % et sur une réduction de la facture d'eau identique, poursuit Thierry Peltier.
L'appareil reçoit les eaux grises, mes filtres cinq fois avant de les rejeter vers la (ou les) chasse(s) d'eau. L'eau est clarifiée, aseptisée, et, d'après le laboratoie Biofaq de Montpellier, elle est de qualité "eau de baignade" après son passage dans notre système SPAREAU. Nous allons le mettre en test dans un camping de Portiragnes. Ce qui permettra à Biofaq de venir faire des contrôles pendant deux mois puis de rendre son rapport. Ce qui devrait faire bouger les lignes et nous permettre de faire certifier ce concept. Car pour l'instant on en vend, mais à la petite semaine. "
Si du fait de la complexité de l'administration française et des différents organismes qui s'occupent de l'eau, les associés rencontrent quelques ralentissements dans la commercialisation pleine de leur
SPAREAU, leur participation au dernier salon Batimat à Paris n'a pas été vaine : " Nous avons été convoqué par la directrice des achats du Ministère des Finances qui a beaucoup apprécié le produit, affirme le duo. Le parc naturel régional de la Narbonnaise souhaite équiper sa prochaine maison avec un SPAREAU et nous sommes aussi en sontact avec le sgroupes TOTAL et AVIA pour leur stations service. Le Spareau va aussi être installé dans la deuxième maison 100% bioclimatique construite en France, près de Châteaurenard."

Quatre branchements suffisent pour mettre en service le SPAREAU qui existe en différents modèles pour particuliers et professionnels, et est, pour l'heure, vendu à partir de 1600 € HT.


Article de Emilie BEC, paru dans MIDI LIBRE,
Le lundi 18 septembre 2017.
ebec@midilibre.com